Joomla 3.5 Templates by FatCow Complaints

Formation 2019-2020 : compte-rendu

Créé le vendredi 20 mars 2020 Mis à jour le mercredi 13 mai 2020 Publié le vendredi 20 mars 2020

 

 

La formation à la direction 2019-2020 a accueilli 8 stagiaires dont 2 étant pris en charge par notre partenaire Coups de Vents.

Le programme était divisé en 2 parties, contenant chacune 3 œuvres de niveaux d'appréhension différents (facile, medium, difficile), choisies par chacun des formateurs, Philippe Ferro et Mehdi Lougraïda - voir la brochure pour plus di'nformations.

Elle s'est déroulée comme suit :

 

- 8 séances "à la table" (de septembre à janvier) : des demi-journées (3h) se déroulant au CRR de Paris, ainsi que certaines dans le Nord, où les formateurs se sont déplacés avec l'aide de Coups de Vents.

Les stagiaires ont tous formulé le souhait que ces séances se déroulent sur une journée entière à l'avenir, se déplacer à Paris pour une matinée seulement n'étant pas le plus pratique. Nous accèderons à cette requête à l'avenir.

- 1 semaine complète avec orchestre (début février), avec la participation de la Musique des Sapeurs-Pompiers de Paris (Mehdi Lougraïda y étant chef-adjoint du Major Dominique Fiaudrin, chef charismatique et emblématique de cette formation), journées entières (sauf le mercredi après-midi). Chaque stagiaire ayant eu de longs passages devant l'orchestre, avec la participation des compositeurs joués (Anthony Girard, Jordan Gudefin, Jean-Pierre Pommier, Maxime Aulio, Thierry Deleruyelle) lors d'une répétition de chaque stagiaire - c'est le principe du binôme chef-compositeur auquel nous sommes attachés - nous essaierons de faire participer les compositeurs plus en amont, durant les séances "à la table", à l'avenir...

- Tout cela se concluant sur un concert de restitution durant lequel tous les stagiaires ont conduit les œuvres travaillées. Celui-ci ayant eu lieu à la fin de la semaine de travail avec l'orchestre, le 8 février 2020, au CRR de Paris, avec la Musique des Sapeurs-Pompiers de Paris en grande tenue, avec la présence des compositeurs, à la suite de l'Assemblée Générale de l'AFEEV.

 

Initule de développer plus, quelques extraits des témoignages des stagiaires ci-dessous en diront plus long :

***

"J'ai retenu pour ma part des remarques que je me connaissais plus ou moins sans vraiment me les avouer, ni les remettre en question, et donc, oui, on peut encore progresser à tous âges ! Et ce genre de stage, pour nous, qui avons déjà "le nez dans le guidon", est donc très bénéfique." — Damien Nivalle (stagiaire Coups de Vents - clarinettiste et chef d'orchestre)

"Je tiens à vous dire que j'ai trouvé la formation très intéressante et très motivante. Le plus de cette formation est l'empathie et la capacité d'adaptation montrées par les formateurs et par l'orchestre. La seule chose que je regrette un peu, est de ne pas vous avoir vus [les formateurs] à l'action avec l'orchestre." — Basilio Merlino (saxophoniste italien)

Ce dernier souligne que les musiciens étaient fatigués à la fin de la semaine (comme dit plus haut, tous les jours, matin et après-midi, sauf le mercredi après-midi ; avec raccord et concert le samedi), et questionne sur la possibilité de lire le programme un mois avant la vraie session avec orchestre, afin d'alléger cette dernière de ces premières lectures. A suivre...

CCB2BD54 6EE1 4ED7 B5B9 7B6D9D2529C8 1 105 cA76BF821 93D3 4889 AEAA 7F07A02C4AD1 1 105 c

 

"C'était une chance de pouvoir travailler avec orchestre professionnel si bienveillant, attentif et tolérant malgré les longues journées. Le fait de terminer par le concert donne un vrai plus avec une mise en situation pour synthétiser toute cette préparation.
Travailler toute une semaine avec eux a permis de se rendre plus libéré et à l'aise devant les musiciens, et cela permet aussi d'avoir l'occasion de leur parler de leurs impressions et de pouvoir les prendre en compte au fur et à mesure des répétitions.
Je pense qu'il faut garder le travail sur table étalé sur plusieurs mois, ce qui laisse le temps d'intégrer les commentaires. Néanmoins les trois heures passaient vite et j'aurais peut-être préféré avoir moins de séances mais travailler toute une journée pour avoir plus de temps.
Un grand merci aux deux formateurs pour ces heures de préparations ainsi que leurs conseils. [...] 
Je n'hésiterai pas à relancer ma candidature pour une prochaine fois, la direction en répétition et un concert auprès d'une musique professionnelle étant un gros plus." — Antoine Juranville (corniste et chef d'orchestre)

 

A7070E1A 4DE9 4EBC 8588 4185E136F98F 1 105 c

 

"Je suis ravie d’avoir eu l’occasion de faire ce stage de direction d’orchestre qui m’a permis de développer ma gestique et ma posture devant un orchestre.
Philippe et Mehdi nous ont fait travailler sur différents aspects au fur et à mesure des séances, les sessions à la table étaient bien réparties durant ces six mois, ce qui nous permettait de prendre le temps de bien retravailler entre chaque séance ; il faudrait peut-être envisager de privilégier une journée entière plutôt qu’une demi-journée afin que ce soit plus confortable au niveau timing pour les stagiaires comme pour les encadrants.
Pour ce qui en est de la semaine avec la Musique des Pompiers, c’est une grande opportunité pour nous stagiaires de diriger une formation professionnelle, cela nous permet de travailler différemment qu’avec nos formations amateurs. De plus, la bienveillance et le professionnalisme de l’orchestre nous mettait à l’aise, ils étaient ouverts aux échanges et à la discussion, n’hésitaient pas à nous conseiller, ils s’impliquaient dans notre propre apprentissage et leurs remarques étaient très intéressantes.
Je pense que pour que cette formation reste aussi utile et enrichissante qu’elle l’a été, il ne faut pas excéder 8 stagiaires, pour que chaque stagiaire ait le temps suffisant et nécessaire avec nos encadrants et aussi avec l’orchestre.
Enfin je vous remercie sincèrement de m’avoir permis d’effectuer cette formation de direction d’orchestre et j’espère qu’elle pourra être reconduite." — Manon Gilet (hautboïste)

 

"[...] Très bonne formule que d’espacer de 15 jours/3 semaines chaque cours. Ça permet de bosser chez soi et de pouvoir assimiler les conseils donnés pendant les cours. Venant de loin, ça pouvait durer plus longtemps (un jour entier ?). [...] Sinon dans le contenu peut-être ajouter des moments où on parle d’autre chose que de gestique sur le morceau ou de technique comme par exemple : comment gérer une répétition, comment choisir un programme, comment choisir une pièce par rapport à un niveau, comment gérer la fatigue de l’orchestre, etc.

[...] Evidemment le fait d’avoir l’orchestre tout la semaine est une chose exceptionnelle, c’est LE grand point fort de cette formation, c’est vraiment à maintenir. On est tous passés tous les jours ou presque, ça permet quand même d’assimiler bien le travail et de pouvoir aller en profondeur, c’est top ! 

L’orchestre des pompiers est super aussi, évidemment de qualité supérieure à ce qu’on a devant toute l’année, ce qui pousse à se dépasser. Humainement ils ont été aussi extra, bienveillants etc. On le sait déjà on leur a dit 200 fois !
Le fait de filmer et d’enregistrer est une bonne idée… il pourrait y avoir des débriefings vidéo organisés mais je suis mitigé là-dessus. J’ai personnellement besoin d’un peu de temps pour assimiler les conseils des formateurs, donc avoir de suite après le passage un débriefing vidéo va peut-être plus me mélanger qu’autre chose... c’est bien en revanche de les avoir pour les regarder dans quelque temps.
Le concert au bout est une bonne idée aussi, le fait de se mettre en situation est toujours une bonne chose, le fait qu’il y ait tous les beaux noms de l’AFEEV aussi c’est super, ça met un coup de pression qui est très positif et ça permet de se surpasser.

[...] J’aurais bien aimé voir [les formateurs] en action. Prendre l’orchestre pendant 30 minutes et le faire travailler. Ça peut être très bénéfique de voir comment vous gérez l’orchestre, la répétition, le timing, la fatigue, etc." — Quentin Ferradou (percussionniste et chef d'orchestre)

 

21AC639B 1998 4D78 B5CB 600A0D85DA38 1 105 c53350AE1 43D1 4B49 B75B 21DB886BADF4 1 105 c

 

"C’est après une mûre réflexion, au regard de ma situation, que je décidais de m’inscrire pour ce stage de direction d’orchestre.
Les questions furent nombreuses, comme par exemple :
- le coût du stage auquel s’ajoutaient les frais de transport, heureusement pris en charge par la collectivité qui m’emploie, à savoir la ville d’Outreau, que je remercie encore ici au passage
- s’inscrire dans une telle formation c’est accepter de s’exposer et de se remettre en question, ce en profondeur.
- la durée du stage, sur plusieurs mois, avec le risque de potentiellement pouvoir gêner mes activités habituelles et bloquer d’autres projets.
Mais au terme de cette formation, je ne peux que me réjouir de m’y être engagé, ma satisfaction est totale.

L’implication et l’application de Philippe et Mehdi ne sauraient souffrir d’aucune critique. Votre envie de donner et transmettre le meilleur transpire à chaque instant. En ce sens ce qui me marque le plus est votre capacité à adapter discours et pédagogie à chaque stagiaire, en fonction de la personnalité, des compétences, du vécu et des attendus de chacun, c’est juste remarquable ! Ce qui est vrai tant pour la partie travail à la table que pour les séances avec l’orchestre.
Je retiendrai de vous une posture et une attitude résolument positives, un sens du partage sans retenue du savoir, et enfin une faculté à proposer plutôt qu’imposer.
On peut aussi noter le choix judicieux des oeuvres proposées au répertoire, permettant à chaque stagiaire de trouver aisément sa place.
Que dire quant à la possibilité de travailler durant une semaine complète avec un orchestre professionnel, dont la qualité musicale n’eut d’égale que la bienveillance dont il sut faire preuve à l’égard des stagiaires, de côtoyer les compositeurs invités et finir par une restitution publique devant un parterre de passionnés ? Si ce n’est merci…
Une bien belle aventure que ce stage, tant sur le plan des enseignements reçus, des perspectives de travail et de progression dès lors envisageables, que sur le plan humain.
Un coup d’essai aux allures de coup de maître pour moi. Longue et belle vie au stage de direction d’orchestre de l’AFEEV !
Immense merci à tous !

En toute humilité, afin aussi d’être dans la proposition, au registre des choses qui me semblent perfectibles en l’état, et après réflexion, on pourrait envisager :
- des séances plus longues à la table, soit sur la journée plutôt qu’une matinée à chaque fois. Ce qui permettrait un travail plus pointu sur l’analyse de l’oeuvre avant les séances de direction à proprement parler. Afin par exemple de pouvoir envisager plusieurs options de direction sur un même passage,...
- des séances débriefing vidéo lors de la semaine avec l’orchestre
- des rencontres avec des chefs ayant dirigé les oeuvres choisies, en présence des compositeurs, permettant un débat encore plus ouvert sur les axes de direction possibles." — Fabrice Gratien (trompettiste et chef d'orchestre)

 

***

 

Affichages : 304